Aujourd’hui nous nous intéressons à nos ailières, Margot LEFEVRE, Lesly JOYCE MAHOUVE et Enola VILLARD

Margot LEFEVRE, Enola VILLARD et Lesly JOYCE MAHOUVE

Bonjour les filles, pouvez-vous vous présenter, d’où venez-vous, quelle est votre expérience handballistique et quels sont vos projets professionnels ?  

M.L : « Bonjour, je m’appelle Margot Lefèvre j’ai 20 ans et je suis originaire de Vannes en Bretagne. J’ai commencé le handball en classe de 6ème dans le club de ma ville, la Vac. Je suis ensuite partie au club de Plescop, pour un projet de -18 nations et pour finir je suis allée au club de Lanester HB, pour un projet N1-N3 où je suis restée un an avant de venir dans le club de L’AS Cannes Mandelieu. Au niveau de mes projets professionnels, je suis, en septembre dernier, rentrée à l’école du Journalisme de Nice. »

L.J : « Bonjour je suis Lesly Joyce j’ai 20 ans et j’ai toujours habité dans le sud. J’ai été au club de Cannes en -18 avant de signer à l’OGC Nice handball où j’ai joué pendant 4 ans. Depuis cette année je suis de retour car je travaille comme assistante d’éducation dans un collège à Cannes. » 

E.V : « Bonjour ! Enola, je viens de Fayence mais je suis au club de l’ASCMHB depuis plus de 10 ans. J’y ai fait ma formation, avec notamment un an en centre de perfectionnement en sortant du pôle de Hyères et plusieurs années en senior à m’entraîner avec l’équipe 1 et à jouer avec l’équipe 2, jusqu’à l’année passée où j’ai eu la chance d’intégrer le groupe de la D2 en cours d’année. Pour ce qui est de l’aspect pro, je suis enseignante dans un dispositif ULIS et en formation pour me spécialiser sur les besoins éducatifs particuliers. »

Margot, c’est pour toi une toute nouvelle expérience dans un club de D2, comment se passe ce début de saison ? Te sens-tu à l’aise avec le niveau de jeu ? Comment avez-vous appréhendé le changement de niveau nationale, D2 ? Tu avais intégré le groupe l’an passé mais cette année nous pouvons dire que tu fais partie à 100% du collectif. 

M.L : « Oui, en effet c’est un niveau que je connais depuis peu, j’ai eu la chance l’année dernière de passer une année entière avec cette équipe, puisque l’équipe réserve de N2 ne pouvait jouer avec le Covid. Ça m’a permis de découvrir petit à petit le niveau D2 et ses attentes, mais aussi d’apprendre à connaitre les filles, qui m’ont énormément aidée à « l’apprivoiser ». Je suis très chanceuse de pouvoir évoluer à ce niveau-là cette année, j’ai encore énormément de choses à apprendre, mais j’ai hâte de pouvoir le faire. »

Lesly, toi qui as connu la Ligue Butagaz Énergie, quels sont tes objectifs en revenant au club de l’ASCMHB ?

L.J : « J’ai eu l’occasion de jouer en LFH et j’ai beaucoup appris auprès des joueuses. En retournant au club de Cannes je souhaite mettre cette expérience au profit de l’équipe, tout en continuant à apprendre et progresser puisque c’est ma première année à ce niveau en D2. »

Pouvez-vous nous dire ce qui vous a donné envie d’essayer et de jouer au handball ? Pourquoi le club de l’AS Cannes Mandelieu ? 

M.L : « Personnellement j’ai depuis mon plus jeune âge pratiqué du sport, j’en ai essayé beaucoup avant de trouver celui que je voulais vraiment faire. En effet, c’est mon père qui m’a dit un jour de choisir un sport collectif je n’avais pas vraiment le choix, j’ai choisi d’essayer le handball car c’était un sport que je ne connaissais pas forcément. J’ai tout de suite accroché à ce beau sport et je n’ai plus jamais changé. Le projet de venir au club de l’AS Cannes Mandelieu s’est décidé il y a presque deux ans maintenant. »

L.J : « Ce qui m’a donné envie de commencer le handball c’est avant tout le fait que ce soit un sport collectif car j’aime la cohésion qui existe dans les équipes. De plus le fait que ce soit un sport assez physique m’a tout de suite plu car ça me permet de me défouler. Le club de l’AS Cannes est un club famillial où tout le monde est gentil, de plus le club a su prouver dans le passé qu’il était capable de produire de grandes choses au niveau féminin et il y a de grandes joueuses qui y sont passées. »

E.V : « J’ai voulu essayer le hand à l’âge de 6 ans après en avoir fait en EPS à l’école. J’ai donc commencé dans le club de mon village à Fayence, le HCCF que j’ai quitté car il n’y avait pas assez de filles pour faire une équipe lorsque j’ai changé de catégorie. J’ai donc choisi d’aller à Cannes, qui était le club le plus proche et avait un niveau intéressant notamment pour les catégories jeunes. »

Depuis vos débuts, avez-vous remarqué une certaine évolution du handball féminin ? Quel est votre avis sur les transformations dans ce sport, pour les femmes ?

E.V : « Je trouve que le handball féminin est un peu plus médiatisé qu’avant, même si cela reste encore très léger. Par contre, j’ai l’impression que certaines modifications de fonctionnement contribuent à une baisse de niveau, comme avec la nationale 3 qui est devenue un niveau régional ou encore l’augmentation du nombre de poules dans certaines catégories… »

L.J : « Le monde du sport en général a évolué c’est un fait. Et les françaises ont toujours rapporté beaucoup de médailles mais sans beaucoup de reconnaissance. Aujourd’hui elles sont de plus en plus médiatisées et on parle plus d’elles je pense que c’est déjà une belle perspective pour l’avenir. »

Existe-t-il dans votre parcours de joueuse un évènement marquant ?

M.L : « Si je dois retenir un évènement marquant, je pense que je remonterais à mon année de -18 nations au club de Plescop. On jouait la coupe de France, nous n’étions bien sûr pas vraiment favorites et nous avons quand même réussi à finir 3èmes de la catégorie élite. Le match que nous avons gagné contre Brest en quart de finale fut un moment magique et par la suite le weekend de demi-finale et finale à Dijon restera marqué dans ma tête, des moments incroyables et pleins d’émotions avec mes coéquipières, notre coach et bien sûr nos familles qui avaient fait le déplacement. »

L.J  : « Ma carrière a été marquée par deux événements lors de la première coupe d’Europe du club de l’OGC où j’ai eu l’occasion de faire partie du groupe pour cette aventure. Et honnêtement mes 2 saisons passées à jouer en professionnelle resteront gravées car j’ai joué face à de grandes joueuses. »

E.V : « Je vois 2 moments forts en équipe : le maintien en N2 obtenu difficilement en fin de saison à Clermont Salagou une année avec de nombreuses blessures et les matches de barrage à Sedan pour la montée en N1 après la restructuration du club il y a quelques années déjà. »

Quel est votre joueur/joueuse préféré(e) ? 

M.L : « J’aime beaucoup Pauletta Foppa, pour son parcours et son niveau incroyable. Mais ma vraie joueuse préférée sera et restera à vie Alice Barres et son poignet d’or 😉 »

L.J : « Mon joueur préféré c’est Uwe Gensheimer qui est pour moi le meilleur ailier du monde. J’aime beaucoup son jeu. »

E.V : « Je n’en ai pas spécialement mais quand j’étais plus jeune j’aimais beaucoup Diego Simonet. »

Quels sont vos objectifs pour la suite de votre carrière de sportive ?

M.L : « Mon objectif collectif est bien sûr d’essayer de maintenir cette équipe au niveau D2, d’apporter ma petite pierre à l’édifice pour qu’on ait encore la chance d’y évoluer l’année prochaine. Mon objectif personnel, c’est d’apprendre encore et encore, tous les jours de plus en plus, pour je l’espère un jour devenir une véritable joueuse de D2. »

L.J : « Mes objectifs pour le futur sont simples. J’aimerais qu’avec le collectif de la D2 nous réussissions à rapporter des résultats et approcher le haut du tableau car avec l’équipe qu’on a ça me semble tout à fait possible même si le début de saison est compliqué. »

E.V : « Pour l’instant l’objectif est déjà de revenir de ma blessure et de retrouver le plaisir du terrain ! »

Un dernier petit mot pour clore cette interview ?

M.L : « Je vous remercie pour ces petites questions. À ce weekend pour notre public, on vous attend nombreux pour le match contre Bègles. Et à mes coéquipières, surtout ne lâchez rien. »

L.J : « À très vite sur les terrains. »

E.V : « Un merci à tous ceux qui suivent les matches de près ou de loin, qu’ils soient partenaires ou supporters, jeunes du club, familles et autres ! » 

Merci les filles d’avoir répondu à toutes nos questions, à très vite sur les terrains. 

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *