Bonjour les filles, vous débutez toutes les deux cette nouvelle saison au club de Cannes Mandelieu. Comment accueillez-vous cette nouvelle année ? 

C.L : « C’est une année pleine de défis, avec de nombreuses découvertes. Je pense qu’elle a bien commencé, et que petit à petit, elle s’améliore. »

E.D : « Eh bien, avec tout ce qui est arrivé avec le Covid, mes deux dernières saisons en France n’étaient pas bonnes. Lorsque j’étais en N1 nous n’avons pas joué. Mais c’est un sport, ce sont des défis que nous devons surmonter et il faut être patients. Je suis donc très excitée et j’avais hâte de venir à Cannes et de commencer les préparatifs avec la nouvelle équipe. »

L’équipe a beaucoup changé cet été, qu’en pensez-vous ?  Comment s’est passée votre intégration ? Êtes-vous bien intégrées ?

C.L : « Je suis nouvelle au club, je ne sais pas comment c’était l’année dernière. Mais je sais que cette année l’équipe a une excellente ambiance, dans laquelle j’ai été très bien accueillie. J’aime beaucoup mon équipe. »

E.D : « Oui, l’équipe a beaucoup changé, beaucoup de joueuses ont quitté l’équipe la saison dernière. Par conséquent, l’équipe a été beaucoup modifiée, donc nous avons besoin d’un peu plus de temps pour jouer ensemble. Quant à moi, je m’intègre très bien dans l’équipe, et rapidement, je me suis sentie très bien accueillie. Lorsque vous venez d’un autre pays et que vous ne maîtrisez pas parfaitement la langue, vous vous demanderez toujours comment les autres vous accepteront. Les filles m’ont beaucoup aidée à m’intégrer rapidement, je peux toujours compter sur leur aide et leur soutien. »

Vous venez toutes les deux de deux pays bien différents du notre. Parlez-nous un peu de vous et de votre culture handballistique ? À quel âge et comment t’es venue l’envie de faire du handball ? 

C.L : « Si je ne me trompe pas, cela fait 11 ans que je joue au handball. Ma position principale a toujours été celle d’arrière gauche, mais j’ai également joué en tant que pivot et gardien de but. J’ai commencé à jouer au club Académica de Espinho, après avoir été au Colégio de Gaia pendant de nombreuses années. Je suis allée à Alavarium pendant 2 ans mais ensuite je suis retournée au Colegio de Gaia jusqu’à ce que je vienne en France. »

E.D : « En fait, mon premier sport était le tennis. Mais j’ai toujours aspiré à pratiquer des sports d’équipe. Je suis une personne très sociale et j’aime travailler en équipe. J’ai commencé à m’entraîner au handball à l’âge de 12 ans. Je devrais remercier mon père pour cela, qui m’a emmené au premier entraînement.. Et puis je suis tombée amoureuse de ce sport. Je viens du Monténégro, un petit pays mais avec un gros handball. L’équipe nationale monténégrine a des médailles olympiques et européennes derrière elle. C’est un sport très populaire. Il ne diffère pas beaucoup du système français, même si je pense que le handball français se joue assez vite, alors qu’au Monténégro, l’accent est davantage mis sur la défense. »

Votre équipe accueille un nouvel entraîneur, Tome. Pouvez-vous nous dire ce qu’il vous a apporté en ce début de saison ? 

C.L : « Tome est un entraîneur de Macédoine. C’est un pays où la culture du handball est très présente. Il y a des principes de jeu très différents de ceux auxquels j’étais habituée, mais je pense qu’ils sont plutôt bons. C’est toujours bon d’apprendre et de sortir de ses sentiers battus. Surtout avec quelqu’un d’aussi passionné par ce sport que lui. »

E.D : « Oui, cette saison, nous avons un nouvel entraîneur. Tome vient des Balkans, tout comme moi. Par conséquent, je connais son travail et son système. J’ai grandi avec ce système de travail et je l’aime beaucoup. Je pense aussi que je peux apprendre beaucoup de lui, pour la raison que je joue au même poste que celui auquel il a joué dans sa jeunesse. J’essaie de saisir tout ce qu’il montre et je pense que travailler avec lui m’aidera beaucoup à l’avenir. Il s’est très vite et bien intégré à l’équipe. »

Parlez-nous de vos ambitions au sein du club ? Quelles sont vos objectifs individuels et collectifs ?

C.L : « Je pense que les ambitions du club sont de faire les meilleurs résultats possibles avec une équipe jeune et avec beaucoup de nouvelles joueuses… Nous sommes de plus en plus liés. Mes objectifs individuels sont de faire une bonne saison, de m’adapter au niveau du handball, qui est assez différent de celui de mon pays, et bien sûr de gagner le plus de match possible. »

E.D : « Pour ce qui est de mes objectifs individuels, mon objectif est de progresser de jour en jour dans le handball et d’aider mon équipe le plus possible. En tant qu’équipe, nous n’avons pas eu le début que nous souhaitions. Nous avons été touchés par le Covid lors des préparatifs et cela nous a vraiment perturbées et nous a rendu l’entraînement et la préparation du début de saison compliqués. De plus, la mauvaise chose est que quelques joueuses se sont blessées. Le départ n’est pas génial, mais nous devons rester stables mentalement et continuer à travailler ensemble, je crois en cette équipe et je sais que nous serons meilleures de jour en jour. »

Avez-vous une routine particulière avant chaque match (musique, grigri…) ?

C.L : « Je n’ai pas de routine spécifique mais j’aime nettoyer la maison avant les matchs ahah. »

E.D : « En fait… je n’en ai pas et je n’en ai jamais eu. J’aime passer la journée au calme, un peu dans la nature, en lisant ou en dessinant. Avant le match j’aime écouter de la musique, c’est relaxant. Mais pas un rituel spécial. »

Si vous deviez décrire votre coéquipière en trois mots comment la qualifieriez-vous ?

C.L : « Je dirais que c’est une bonne amie, amusante et une superbe personne. » 

E.D : « Amusante, bienveillante et généreuse. Nous passons de bons moments ensemble. »

Êtes-vous heureuses d’avoir rencontré le public Canno-Mandolocien ?

C.L : « Oui, bien sûr, c’est formidable de sentir le soutien du public lorsque nous jouons. »

E.D : « Bien sûr que oui, la mentalité ici est très différente du dernier endroit où j’étais. En fait, tout est différent. Les gens sont beaucoup plus amusants et la ville est super. Le soutien du public et des fans de handball se fait sentir pendant les matches. Et nous ferons de notre mieux pour leur montrer notre esprit combatif et le bon handball. »

2 Comments

Répondre à valerie Raphel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *